Le périple des potiches.

Avril 2016, à Zaouiet El Fegouss, quand il s’agit de déménager les potiches dans le village depuis le four où elles sont cuites jusqu’au camion garé aux abords de la nationale 9, tout le monde s’y met, même l’âne !

Les potiches sont entassées à l’envers, les plus grosses au fond, entourées de paille pour amortir les chocs pendant le voyage. À la fin, les plus petites, on se les lance comme si elles ne pesaient rien, et comme ça, ça va plus vite.

Le camion part plein à ras bord de poteries et de paille, direction la France, et la ferme de la Borie à Mauzens-et-Miremont en Dordogne, où Lucile de Froment et Henri son père, l’attendent de pied ferme : ils ont invités tous les gros bras du coin pour le décharger bénévolement.

Le camion remorque n’avait pas prévu que le terrain à l’arrivée dans le fin fond de la campagne périgourdine serait plus difficile que là-bas au Maroc au milieu du désert, et il s’embourbe à quelques centaines de mètres de l’arrivée après avoir accompli sans entrave des centaines de kilomètres. Pas question de décharger là. Une pelleteuse vient à son secours.

Quel étrange spectacle ensuite dans les alentours… Les potiches sont stockées aux abords de la ferme, sous un hangar et dans le sous-bois.

Les enfants eux se régalent !

Vous le voyez, l’enfant, sur la photo du milieu ?

PHOTOS : un grand merci à Olivier pour ce superbe reportage photo (l’arrivée du camion et son déchargement).

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Journal le par .

A propos siemprecha

Nous évoluons dans un espace-temps qui nous conduis vers nous-même si nous savons écouter notre intuition et saisir les ouvertures qui se présentent à nous. C'est ainsi que d'une adolescente qui aspirait à devenir architecte préparant un baccalauréat scientifique, j'ai étudié les lettres dans le but de devenir journaliste, puis j'ai étudié le cinéma dans l'espoir que je reviendrai à une écriture plus créative, ce qui m'a amenée à la recherche et à la publications de mes travaux, pour finalement devenir enseignante à l'étranger. Depuis que je suis revenue en France je me dédie à l'écriture, j'ai monté une maison d'édition avec des amis pour laquelle je fais les lectures, corrections, rédactions,. Vivre sept ans en Amérique latine m'a conduit à faire des traductions. Et c'est au gré de toutes ces expériences que j'ai découvert que dans le fond mon métier consiste à écrire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s