En mai, les potiches s’arrachent comme des petits pains !

Les week-ends de mai ont été animés à La Borie. Vous avez été nombreux à répondre à l’invitation de Terre de Zagora afin d’être les premiers à choisir vos potiches !

Lucile et Gisèle avait déjà organisé plusieurs événements à la ferme de La Borie afin de collecter des fonds pour lancer la production des poteries là-bas à Zaouiet El Fegouss, aux portes du désert du Sahara, dans la province de Zagora au Maroc. Ces premiers événements organisés fin 2015 ont servi à financer les investissements nécessaires à la reprise de l’activité, entre autres choses, un âne, avec lequel la famille Habach ramène du gravier de la montagne. Il y avait été vendu quelques potiches restantes d’un tout premier voyage réalisé avec le bus de la famille De Froment, quelques napperons et broderies artisanales du village, et aussi de la vanille. Certains avaient payé d’avance leur future potiche.

Une fois la production lancée un peu avant Noël 2015, les potiches ont commencé à sortir des fours par dizaines, des potiches de toutes les formes : cruches, ruches, saladiers, plats à couscous, soupières, cuisinières à deux foyers, fours à porte, foyers à charbon, pots de fleur, caches-pots, potiches de toutes les tailles, grandes, moyennes, petites, demies-grandes, demies-moyennes,… Tous les modèles que vous retrouverez dans le catalogue.

L’association s’est alors mise en quête d’un gros camion afin de les transporter jusqu’ici en France aux moindres frais. Un véritable périple pour ces potiches qui sont presque toutes arrivées indemnes à destination. Lisez le récit de leurs aventures dans notre article ici.

Les 7 et 8 mai, puis 21 et 22 mai, c’était donc journées portes ouvertes à la ferme, autour des plats préparés par Lucile, sa famille, ses amis, et ramenés par tous les invités. Des victuailles qui ont permis de faire un pique-nique royal dans le jardin et autour de la très grande table familiale quand la pluie a menacé. Une fréquentation nombreuse et une vente qui a eu du succès.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Journal le par .

A propos siemprecha

Nous évoluons dans un espace-temps qui nous conduis vers nous-même si nous savons écouter notre intuition et saisir les ouvertures qui se présentent à nous. C'est ainsi que d'une adolescente qui aspirait à devenir architecte préparant un baccalauréat scientifique, j'ai étudié les lettres dans le but de devenir journaliste, puis j'ai étudié le cinéma dans l'espoir que je reviendrai à une écriture plus créative, ce qui m'a amenée à la recherche et à la publications de mes travaux, pour finalement devenir enseignante à l'étranger. Depuis que je suis revenue en France je me dédie à l'écriture, j'ai monté une maison d'édition avec des amis pour laquelle je fais les lectures, corrections, rédactions,. Vivre sept ans en Amérique latine m'a conduit à faire des traductions. Et c'est au gré de toutes ces expériences que j'ai découvert que dans le fond mon métier consiste à écrire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s